• Dans quelques heures, je serai au cœur du ghetto… Oh, rien de comparable avec les townships de Soweto ou les faubourgs de Rio, mais dans ces quartiers d’un 93 bétonné qui doucement mais irrémédiablement bascule dans la misère sociale, supportée à grosses doses de produits psycho actifs, violence stimulante et croyances hallucinogènes comprises.

    Il paraît que cette fois, je suis attendu. Des filles auraient signalé à leur professeur qu’elles boycotteraient cette information sur la sexualité, jugée haram par leurs familles. Trois ans auparavant, j’avais déjà eu quelques soucis dans ce lycée, où des élèves avaient organisé une séance d’information "philosophique" sur l’Islam, en même temps - comme, c’est curieux ! -, que nos animations programmées de longue date…

    Pour moi, la prévision d’un débat, c’est comme une bonne ligne de coke coupée au Crystal. Je suis remonté comme un vieil anar qui renifle du commando anti-IVG au coin du dispensaire de santé, un hool Anglais qui attend l’heure du derby au troquet. D’ailleurs, j’ai déjà préparé ma tenue de combat :

    – Une petite heure de réflexion sur l’écoute des désirs et la notion de consentement, le tout agrémenté de quelques répliques épicées pour défendre la "crasseuse" qui aurait osé coucher avant la cérémonie nuptiale.

    – Un petit film d’animation sur l’homosexualité et un petit triangle rose water-proof pour les crachats en guise de bouclier.

    – Comble de l’hérésie, un extrait du discours de Simone Veil exposant son projet de loi sur l’IVG à l’Assemblée Nationale en 74 (là, on justifie ce choix par un soucis de coller à l’actu avec son intronisation à l’Académie Française!).

    – L’éternel rappel que le sida n’est pas la maladie des homosexuels et des toxs, mais que durant mes diverses expériences associatives, j’ai rencontré aussi des femmes contaminées par leur unique partenaire après un mariage tout ce qu’il y a de plus hallal

    – Un bon sac de capotes diaboliques pour conclure en beauté.

    – Et je tirerai ma révérence en sautant sur mon fidèle destrier à deux-roues avant l’arrivée des barbus, car le débat d’idées, oui. Le fight, non.

    L’idée de changer, voire de révolutionner l’existence de ces ados ne m’effleure pas une seconde. Mais je me dis que si on allume une petite lumière, tout là-bas, au fond des couloirs sombres de l’obscurantisme, alors on pourrait leur dire à ces filles, formatées dans l’acceptation d’une seule possibilité d’existence au service de leurs mâles : «  Ecoute donc cette autre synopsis des choses de la vie et si un jour, tu trembles, seule, dans le noir, je t’ai laissé une petite loupiotte allumée. Tu te sentiras moins seule. Nous serons là pour t’accueillir et t'accompagner sur les sentiers du choix éclairé. »

    Normalement, je devrais revenir entier. Enfin, faut se méfier, avec ces histoires de gosses Nigérians enucléés à la machette, au nom du tout-puissant…

     


    2 commentaires
  • Cherche la femme. Oui, vas-y, renifle la femme. Ici, oui. Tourne autour de ton écran et surtout lève bien la papatte pour délimiter ton territoire sans tâcher ton costard. Allez, cherche. Cherche la femme et surtout rapporte-la à la maison pour la montrer à tes copains. C'est bien, mon chien-chien. Regarde le comme il se frotte bien. Là. Mais oui, tu peux l'enterrer pour ne pas la partager avec les autres…

    Il est content, hein ? Il remue sa queue… Il n'arrive pas à cliquer, il s'énerve… Mais il bave sur mon blog, le salaud. Je vais le faire piquer, moi le bestiaud…Mais oui, Brigitte, je sais, il faut être gentil avec les animaux… Allez, je le détache et je t'envoie son pedigree pour que tu puisses l'adopter…


    2 commentaires
  • Dix-sept mille reconduites aux frontières ont été réalisées entre le 1er janvier et le 31 juillet, sur un objectif annuel de 27 000, annonce, jeudi 3 septembre, le ministre de l'immigration et de l'intégration Eric Besson, sur LCI. "C'est moins que l'année dernière à la même date mais c'est en 'ligne' – entre guillemets conforme aux objectifs que m'ont assignés le président de la République et le premier ministre", a-t-il ajouté. "On respectera à peu près cet objectif" de 27 000, a-t-il dit.
    Eric Besson a annoncé qu'il rendrait public, lors d'une conférence de presse prévue en fin de matinée, d'autres chiffres concernant le bilan de son ministère au cours des six derniers mois. Interrogé sur le séjour en centre de rétention administrative (CRA) d'enfants de parents en situation irrégulière, M. Besson a déclaré qu'il n'avait pas l'intention de les interdire.
    Le ministre met en avant plusieurs raisons : la relative rareté des cas, la courte durée des séjours, la possibilité offerte aux parents de confier leurs enfants "à l'extérieur" et le fait que la circulaire encadrant cette pratique a été rédigée par le gouvernement Jospin. La ligue des droits de l'homme, notamment, a dénoncé la présence d'enfants dans les centres de rétention administrative, le quotidien La Croix citant le chiffre de 242 en 2007. Selon les associations humanitaires, la période estivale a vu une multiplication des placements de familles avec enfants en centre de rétention administrative. Eric Besson met en avant le maintien de l'unité familiale, alors que la Ligue des droits de l'homme réclame la libération des familles placées en rétention.
    <script type="text/javascript"></script> <script type="text/javascript"></script>

    Le monde.fr

    Eric, je voulais juste te dire que ce matin, devant l'école, on s'est réjoui de revoir M. B. que ton gouvernement de gros fafs avait expulsé en mars dernier. Et tu sais quoi, Eric, on va lui filer un coup de main à M. B., rien que pour t'emmerder. Elle est pas belle, la vie, hein Eric ? Ah, au fait, donnes bien le bonjour à Brice, si tu le croises à l'Amicale des Amis de Papon...

    2 commentaires