•  

    Alors qu'on essayait d'être attentifs aux témoignages de ces femmes ayant subies des violences, j'ai entendu les mecs les décrire une à une : "bonne ou moche" sans se soucier de leur vécu. Du coup, j'ai remis au début et j'ai insisté sur la parole :"- Bon les gars, maintenant que vous vous êtes bien défoulés, on va se concentrer sur le contenu. Et non la forme ou les formes… "
    Au deuxième passage, ils étaient encore deux à balancer des vannes pourries sur le physique de certaines d'entre elles. Comme je les ai un peu bousculé, l'un d'eux a finit par lâcher : "Désolé m'sieur mais c'est grave gênant."
    - Si vous êtes gênés, c'est plutôt bon signe. À la troisième écoute, vous serez, je l'espère, scandalisés, horrifiés par ce qui est raconté.
    - On va le revoir, là…
    - Oui


    votre commentaire
  • Depuis quelque temps, nous sommes face à une urgence sanitaire sans précédent : les détracteurs de l’éducation affective et sexuelle à l’école prolifèrent plus vite qu’une joyeuse bande de chlamydiae dans le jacuzzi d’un spa ! Sur la Toile comme sur le bitume, ils bonimentent pour fourguer leur conservatisme mal lubrifié du siècle dernier et, pour diaboliser nos actions de prévention, ils ne sont pas avares d’inepties. Le Free Speech Bus du collectif chrétien Citizen Go sillonne l’Île-de-France pour répéter à l’envi que « l’Éducation nationale se rend coupable de déconstruction et de déstabilisation d’un public fragile » tout en réclamant « la suppression de la théorie du genre à l’école ». Leur vieille copine Farida Belghoul, initiatrice de la « journée du retrait de l’école », où elle éjaculait son fiel à l’extérieur des bahuts, plussoie en jouant les fossoyeuses de trans : « On peut modifier le déguisement, mais pas la biologie, la spiritualité. Il est faux qu’on puisse changer de sexe. Toutes les tentatives qui vont dans ce sens ne peuvent conduire qu’à la mort ! »
    Le Pr Joyeux, surfant sur la vague d’émotion que suscitent les onze vaccins obligatoires, en profite pour cracher, lui aussi, sa bile sur l’éducation sexuelle à l’école, faisant de nous – rien que ça – des initiateurs de futurs pédophiles : « Va-t-on permettre de parler de masturbation infantile précoce à des enfants de maternelle, de décrire des positions de pénétration vaginale à des collégiens […], de leur expliquer comment se pratique la sodomie et pourquoi les acteurs de films pornographiques éjaculent hors du vagin de leur partenaire ? […] Cela ne peut qu’augmenter les cas de pédophilies et d’incestes. » L’initiative « Les professionnels contre l’éducation sexuelle et les droits sexuels » de Maurice Berger, pédopsychiatre momifié qui ne sait pas que ses petits-enfants kiffent Tchoin * sur leurs tablettes, exige qu’on arrête de parler de la « théorie du genre » et souhaite « limiter l’information sur la sexualité à la prévention des risques, sur la base de données scientifiques ». Que vous soyez les ventriloques de la parole de Dieu, de Freud ou d’Hippocrate, vous n’êtes que de vulgaires manipulateurs au service de l’obscurantisme, rêvant de chasser tout ce qui n’est pas hétéro et cisgenre de vos existences consanguines.
    Non, nous n’organisons pas des exercices de masturbation collective, ni n’invitons les jeunes à rentrer dans un protocole hormonal pour changer de genre. Par contre, quand ils nous questionnent, nous leur répondons sans tabou. « Knowledge is a weapon » (« La connaissance est une arme »), scandaient les militants d’Act Up face à la rétention d’infos des labos et des médecins. Si les culs-bénits veulent maintenir les nouvelles générations dans l’ignorance, c’est pour les garder bien au chaud sous leur emprise sexiste, homophobe et patriarcale. On ne change pas un monde qui merde, hein ?
    Le chœur de mes animations dépasse de très loin le cadre de la sexualité en s’inscrivant dans celui de la « relation à l’autre » avec la pluralité des sentiments qui nous traversent. Je respecte le vécu et le rythme de chacun-e, qu’ils-elles se disent dans une sexualité active ou ne l’envisagent pas avant le mariage, qu’ils-elles aient roulé des pelles à leur partenaire ou se soient juste entraîné-e-s avec l’oreiller.
    Vous n’avez pas chômé, ces dernières années, et la morale pour les nuls, vous l’avez vicieusement glissée dans le cartable des écoliers. Alors, forcément, on doit batailler pour accompagner les jeunes dans la déconstruction des clichés et leur offrir un bon bol de liberté et d’égalité. Aussi, quand j’écris le mot « CHOIX » en lettres capitales au tableau, c’est toujours émouvant de voir les épaules se relâcher. Bien avant de parler de sexualité, je les encourage à identifier les stéréotypes de genre et les normes sociétales qui influencent fortement notre construction et notre vie affective. Ça doit être cela que vous nommez la « théorie du genre » et qui cristallise toute votre haine. Nous osons sortir de la binarité hommes-femmes, de l’hétéro­normativité, et ça bouscule pas mal de professionnels qui n’ont pas dépoussiéré leurs représentations depuis un bail.
    Dans sa vidéo, Maurice Berger fustige « ce programme qui introduit la théorie du genre » et qui représente « une attaque des processus d’affiliation, car l’enfant pourrait en quelque sorte choisir à quel sexe il souhaite appartenir ». Pour asseoir votre société aseptisée, vous extrapolez totalement sur notre action. Votre fumeuse « théorie du genre », épouvantail agité pour que la graine du papa LMPT (La Manif pour tous) germe bien dans le ventre de la maman LMPT, n’existe pas. Dans nos animations, on n’invite pas l’enfant à choisir son sexe, mais on verbalise l’étendue des possibles, au-delà de son sexe d’assignation. On donne une visibilité aux trans, aux neutres, aux fluides, à tous ceux qui ne se retrouvent pas dans vos cases bien normées. Mais pour rendre vos nuits moins blanches, je vous assure qu’avec nous les jeunes ont aussi le droit d’être hétéros.
    Vous souhaitez « limiter l’information sur la sexualité à la prévention des risques, sur la base de données scientifiques ». Pourtant, cette prévention hygiéniste a montré ses limites face à la pandémie du sida. La prise de risques est subordonnée à de nombreux facteurs comme l’état de la relation, le rapport dominant-dominé, le consentement, la négociation des moyens de protection, la prise de produit psychoactifs, le respect et l’attention qu’on porte à son partenaire, l’estime de soi, la connaissance et l’acceptation de son corps, le vécu, l’environnement, etc. Balancer des capotes en énumérant des risques et des données scientifiques n’a aucun sens. La vulnérabilité des uns et des autres au moment du passage à l’acte se joue bien en amont.
    Vos observations nient totalement l’émergence d’une nouvelle culture des relations orchestrée par cette véritable révolution numérique que sont les réseaux sociaux et l’accès à Internet aux très jeunes. Nous n’invitons pas à la sexualité, nous ne faisons qu’accompagner le flux continu de cul gratuit qui inonde déjà leurs vies. « Pourquoi ne pas attendre que les enfants posent des questions sur la sexualité au moment où ils en ressentent le besoin ? » questionne Maurice Berger. Mon gars, tu as un point G de retard sur ton smartphone, car les enfants ne posent plus de questions, ils vont chercher les réponses sur les sites référencés par Google, sur des forums de gamers et auprès de youtubeurs bien plus influents que leurs parents. Alors, plutôt que d’attaquer les programmes de prévention, mobilisez-vous contre ces multinationales du sexe spéculant sur la pornographie, cette industrie du clip qui cultive les stéréotypes, ces talk-shows qui banalisent le sexisme et l’homophobie…
    Je distribue des capotes pour que les ados ne contractent pas le sida, une mauvaise blennorragie ou évitent une grossesse non prévue. Mais tout « initiateur-séducteur » que je suis d’après nos détracteurs, j’ai l’intelligence de les tendre uniquement à ceux qui viennent les chercher, sans pousser à la conso. Libre à chacun-e d’en prendre ou pas.

    Pour conclure, je tenais à vous délivrer un beau message d’espoir qui va vous faire mouiller sous vos robes de bure. Nous sommes une espèce en voie de disparition. On va bientôt nous remplacer par des chatbots, des logiciels programmés pour simuler une conversation en langage naturel. Exit les temps d’échanges humanisés où, face à une révélation de violences sexuelles ou une prise de risques, l’animateur-trice, rompu-e aux techniques de counselling, accompagne les mots, accueille les émotions. Le logiciel, lui, rappellera à vos enfants les procédures à suivre à coups d’empathie préprogrammée. L’outil, sans vécu émotionnel, n’aura que la froideur de sa matrice à partager. Alors cette main qui se posait sur celle de vos gosses, ces mots qui réconfortaient et accompagnaient, ce partage d’expériences qui redonnait de l’espoir, tout ça sera définitivement rangé au rayon vintage de la prévention.


    1 commentaire
  • Rock’n’pelote

     
    Photo © s. Iuncker/agence vu
     
    Cette année, à Rock-en-Seine, risque d’attentats oblige, il fallait traverser un bataillon armé avant d’accéder aux stands des associations partenaires. Voir des militaires encadrer un espace festif, ça n’invite pas à avoir la banane, gominée ou pas. « Le rock est mort le jour où Elvis est parti à l’armée », avait lâché John Lennon en 1958. Sache, John, que le monde « all the people living life in peace » que tu imaginais s’est fait grave vigipiraté depuis.
    Une fois les checkpoints passés et ma tenue de militant revêtue, je me suis fait bizuter par un groupe de festivaliers désinhibés par le rosé, qui ont parodié sans pudeur les cris orgasmiques de leurs ex, au prétexte que je leur proposais à la fois des capotes et des bouchons d’oreilles ! L’un d’eux a même osé : « Les meufs, c’est comme les machines à laver, c’est pas les plus silencieuses qui essorent le mieux ! » Sans tambour mais pompettes, ils ont filé au bar. Dans les dernières moiteurs de l’été, outils de prévention en main, j’ai donc maraudé entre les différentes scènes, à la rencontre des amateur-trice-s de décibels.
     
    Un couple – des quadras post-punk aux pieds coqués – semblait parti pour rentabiliser à mort son « pass journée ». Une pause entre deux concerts n’était probablement pas prévue dans leur programme à en juger leur empressement. Je leur ai quand même tendu des préservatifs.
    Le mec (irrité) : « Non merci, on est ensemble depuis vingt ans. Les capotes, on n’en a plus besoin ! »
    Moi (taquin) : « Et si madame a envie de faire un break dans la contraception et de partager avec vous le poids de celle-ci ? »
    Sa compagne s’est retournée et, pleine de malice, s’est écriée : « Tiens, je n’y avais pas pensé. Bonne idée. » L’envie de me finir dans la ruelle, à l’Opinel, a probablement traversé l’esprit du mâle. Plutôt que de dodeliner de la tête sur Ulrika Spacek, il se retrouvait à justifier ses choix intimes devant un militant à la con. Sa compagne a jugé que le coup de la contraception partagée était une bonne idée pour appâter les couples installés. « Never mind your bollocks * en Seine ! » aurais-je pu crier.
     
    Depuis le témoignage du chanteur d’Architects, Sam Carter, qui a interrompu son concert, le 18 août au Lowland Festival (Pays-Bas), pour dénoncer une agression sexuelle, le spectre des violences lors des concerts a hanté la fin de l’été. « Je t’ai vu attraper son sein. Ce n’est pas ton putain de corps. […] Ça n’a pas sa place ici », s’est-il exclamé sur scène. L’épisode, largement relayé sur la Toile, s’est ajouté à l’annulation préventive du prochain festival suédois de Bravalla, entaché cette année par quatre viols et vingt-trois agressions sexuelles. Cette double actu s’est logiquement invitée dans mes entretiens avec les festivaliers.
     
    Un jeune couple enlacé de la tête aux pieds a ouvert le bal. Après quelques banalités d’usage, je leur ai demandé s’ils avaient anticipé le risque d’attouchements dans les fosses. La jeune fille a exprimé ses hésitations matinales qui l’ont amenée à troquer son minishort pour un jean. « Pourquoi, tu m’as rien dit ?! » lui a lancé son copain, surpris. Un peu gênée, elle lui a rétorqué que ça s’était fait à l’instinct. La possibilité d’une agression bien intégrée dans son inconscient a généré un réflexe de défense dans le choix de ses vêtements. Le garçon étant en short, je l’ai cuisiné : « Tu t’es posé la question du harcèlement, toi, avec tes jambes nues ? » Sa réponse négative nous a permis de mesurer la différence de statut et de vécu, que l’on soit assigné « fille » ou « garçon », dans un espace public. La fille a insisté sur l’appropriation des corps par ceux qui se croient tout permis, sûrs de leur toute-puissance et de leur impunité. Pour certains, l’atmosphère festive sert d’alibi à des gestes déplacés qu’ils ne se permettraient pas ailleurs. Le jeune homme, qui n’en revenait pas, a lâché dans un soupir : « Je ne pensais pas que c’était aussi présent dans ta tête… »
     
    Dans la foulée, une famille avec deux ados a pris le relais. La mère, bienveillante, a pointé les bienfaits de la parole libérée. Le père, lui, était plus en retrait. Comme j’insistais, il s’est fendu d’un « elles sont un peu jeunes, non ? » qui lui a valu les moqueries de ses filles et de sa femme. Comme une certaine gêne s’installait, la mère a embrayé, à la grande surprise de tous, sur un souvenir douloureux de frotteur dans le métro. Une des filles surenchérissant de son propre vécu, on a basculé dans la thérapie familiale. Sauvé par le début du set de Girls in Hawaii, le père s’est échappé pendant que sa femme fourguait quelques capotes dans sa poche, clin d’œil à l’appui.
     
    Plus tard, une fille m’a décrit ce moment où un mec s’était accroché à ses « boobs » en sautant dans le métro. Devant son courroux, le type lui avait sorti un « désolé, ils étaient là ! », très décontracté du gland. « Ah ouais, ils sont là, à dispo, donc je me sers, hein ? » avait-elle répliqué dans l’indifférence générale. À Solidays, c’était un type bien éméché qui lui avait aussi empoigné les seins. « Eh oui ! je suis bien fournie, me dit-elle en soulevant sa poitrine. Mais bon, les mecs doivent gérer leurs pulsions, merde. » Le dernier s’était « mangé un bon coup de pied dans les couilles ». On s’est dit que se battre à chaque sortie, ce n’était pas une vie. Alors, fallait-il organiser des zones non mixtes ? « C’est chiant ! J’ai pas envie de vivre comme ma grand-mère en Algérie, qui a attendu son mariage pour voir un mec ! » Faire plus de répression ? « Tu parles, j’ai une pote qui a cherché refuge vers la Sécu, et les types l’ont tripotée… Il faudrait des polices de meufs en mode warrior qui seraient plus sensibles à notre vécu. Le problème, c’est qu’on est minoritaire dans tous les trucs de sécurité. Et les mecs, ce n’est pas un uniforme qui les change. » On a convenu qu’éduquer les hommes à corriger leurs attitudes en public était la solution idéale, mais que ça allait demander des siècles de baratin. « Alors, en attendant, je peaufine mon coup de pied sous la ceinture », a-t-elle lâché.
     
    En fin de soirée, après le service, en partageant une bière avec un collègue, on a échangé avec une jeune originaire de Cardiff (Pays de Galles) et son amie berlinoise. La génération Erasmus nous a donné sa vision des choses : « En France, il y a une culture du vin. Comme vous buvez dès midi, vous tenez l’alcool. Dans les bars, les Français draguent d’une manière progressive. En Angleterre, les gens boivent comme des trous dès l’ouverture des pubs à 17 heures. Ils se défoncent sans te parler de la soirée et attendent d’être bien bourrés pour t’aborder. » Après une gorgée de blanc, la jeune Galloise reprend : « Rock-en-Seine, c’est familial, tranquille. Il y a peu de drogues, et les gens se tiennent bien. Sur les festivals électro, ils sont défoncés, et ça craint grave. Je prends de la D [MDMA, ndlr] ou du LSD, mais j’assure. Mon grand-père me filait de la bière pour que je grossisse, alors je sais me tenir avec les produits. Ce n’est pas le cas de tout le monde. »
    Elles étaient d’accord pour dire que les violences sexuelles étaient proportionnelles à l’âge des participants et à la quantité de dope ingérée. La meilleure des préventions, pour elles, c’était de mixer vieux et jeunes, et que les premiers soient des initiateurs dans la découverte des produits. Pas vraiment du politiquement correct !
    Le soir, sur la scène de la Cascade, Lee Fields, dans son habit de lumière, nous a redonné un peu d’espoir. « We can make the world better if we come together » a repris en chœur la foule. De jeunes couples s’embrassaient, et j’ai eu envie de le croire.
    Dr Kpote
     
    * Allusion à Never Mind the Bollocks, Here’s the Sex Pistols, premier album du groupe punk britannique sorti en 1977.

    votre commentaire
  • Depuis quelques années, nous sommes passés d’une prévention axée essentiellement sur les risques lors de rapports non protégés (IST/MST, grossesses non prévues) à celle englobant l’ensemble de ce qui se joue dans la relation à l’autre, la vie affective et sexuelle. La notion de consentement étant enfin abordée clairement, les violences sexuelles, le harcèlement et le sexisme se sont invités dans nos animations. En permettant aux concernées de s’exprimer, j’ai d’abord été surpris par l’importance du phénomène et puis, j’ai appris à l’intégrer systématiquement dans les débats. Les adolescentes mais aussi les femmes que je côtoie dans mon existence ont nourri de leurs témoignages mes propos et m’ont invité à me questionner sur ma condition d’homme cis et sur l’image que celle-ci me confère dans la société et devant mes pairs. Grâce à elles, je pense avoir bonifié ma posture professionnelle et amélioré l’utilité de mes interventions.
    Avec le tsunami de révélations #metoo et #balancetonporc, je mesure encore plus l’immense chantier qui nous attend sur le terrain de la prévention. Personne, désormais, ne pourra dire « je ne savais pas ». Quand je lis, ici et là, que de nombreux mecs s’obstinent dans un négationnisme inquiétant, symptôme d’une empathie à l’agonie, sous perfusion de testostérone, je me dis qu’on a perdu trop de temps pour les éduquer. En effet, la prévention vis à vis des jeunes s’est amplifié au moment de l’explosion des contaminations par le virus du sida. Même si on n’a jamais dit officiellement que le public prioritaire était les HSH (hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes) pour éviter toute stigmatisation, la réalité de l’épidémie nous y obligeait. Les femmes ont été les grandes oubliées de cette période. Les mecs hétéros aussi, d’autant plus qu’ils ne fréquentaient pas les associations. Comme on était très centrés sur la prise de risque viral (on passait beaucoup de temps sur la transmission « technique » du VIH), seul le planning familial sensibilisait les jeunes sur les violences faites aux femmes et le sexisme. Les mecs s’en foutaient ou se sentaient agressés dans leur virilité. Heureusement les intervenant.e.s en santé sexuelle ont su évoluer et étoffer d’eux.elles-mêmes leurs champs d’intervention. Pour faire bouger les lignes, je pense que la prévention doit AUSSI être incarné par des hommes engagés, qui se doivent d’accompagner les plus jeunes dans la déconstruction des stéréotypes masculins et de les aider à s’approprier le combat pour l’égalité.
    Les hashtag ont ouvert la voie, mais plus que jamais, le salut viendra de l’éducatif…
    Mais la question qui reste en suspens, c’est quels moyens vont être réellement débloqués pour combattre ce fléau ? Quelques heures de prévention au collège et au lycée n’en viendront pas à bout. Quelques initiatives de profs engagé.e.s non plus. La police et la justice sont concernées car régulièrement les jeunes filles que je rencontre me signalent qu’elles ont perdu confiance dans ce système incapable d’accueillir leur douleur, de les accompagner dans les procédures et qui les renvoie trop souvent à leur solitude de victime. Les parents sont concernés. Comment les sensibiliser aux inégalités générées par une éducation trop genrée ? Les entreprises, les associations, les partis politiques sont concernés. Qui va les inviter à organiser des débats internes sur le sujet ? Qui va orchestrer les formations ? Qui va les financer ? Les lieux publics, les universités, les grandes écoles, les bars, les boites de nuit, les salles de concerts sont aussi concernés.
    C’est une chose de parler d’un projet de loi contre le harcèlement de rue mais ce n’est pas suffisant. Il nous faut les moyens de financer une véritable révolution de l’éducatif, pour bousculer au chœur de la transmission inter-génération, les stéréotypes de genre et les inégalités qui en découlent.
    Quand on entend un Bruno Le Maire se prendre les couilles dans le tapis des « dénonciations », on mesure tout le chemin, que dis-je l’autoroute à 5 voies, qu’il nous reste à parcourir…
    Alors, pour Mr Macron et celleux qui suivront, #balancedufric pour la prévention et l’éducation.


    votre commentaire
  • Slameur, musicien, acteur, écrivain et 43 ans au compteur, D’ de Kabal devrait se balader avec un panneau « attention, chutes de mots », pour signaler ses idéaux constamment en travaux. Après avoir repéré les chroniques du Dr Kpote dans Causette, D’ m’a contacté pour évoquer ses « laboratoires de déconstruction et de redéfinition du masculin par l’art et le sensible ». Un intitulé à la Dali sur un sujet qui n’a rien de surréaliste.
     
    Il suffit de lire les commentaires sur les fils d’actu féministes pour constater que nombre de mecs se raidissent face aux nouveaux enjeux égalitaires. Au regard de nos engagements respectifs, D’ et moi ne pouvions qu’être d’accord pour acter l’urgence de s’interroger sur la condition masculine. Son idée de laboratoire de déconstruction tombait donc à pic. Aussi, un an après nos premiers échanges, quand il m’a convié au débrief de celui-ci, sur ses terres, à Bobigny (Seine-Saint-Denis), j’étais curieux de rencontrer ces pionniers d’un « autre masculin ». Dans un studio d’enregistrement, nous étions une bonne vingtaine, hommes et femmes ayant tous des affinités diverses et variées avec D’, assis en cercles concentriques, à avoir bravé la canicule de juillet. Après un slam d’accueil, D’ s’est installé aux machines pour orchestrer les mots à venir. Six ou sept hommes, tous quadras, ont ensuite transmis au groupe, à tour de rôle, leurs fêlures héritées de la transmission patriarcale. Plus ou moins à l’aise avec l’écriture, selon leur cursus, ils ont tous fait état, avec beaucoup de sincérité, d’une masculinité pesante. Celle-ci a pris, tour à tour, les visages de pères violents et sans concessions, les regards pleins de préjugés portés sur les musulmans de banlieue, assignés « machos », ou les rides d’expression barrant le front d’un mec s’interrogeant sur le bon équilibre de son couple. Plus surprenant, un jeune homme aux allures de Sam Cooke 1 nous a parlé de son orientation professionnelle dans le porno, en rupture totale avec les idéaux de son pasteur de père, et de cette révélation que le masculin a tout à gagner à s’affranchir du génital. Tous ont fait part de leur quête d’une masculinité plus en accord avec leurs vraies sensibilités, dédouanée des injonctions de la société, et, puisqu’on parle de laboratoire, l’alchimie a vraiment opéré. Dans le public, une femme qui avait vécu les groupes de parole non mixtes des années 1970 a chaleureusement invité tous ces hommes à faire perdurer cette nouvelle réflexion autour de leur condition. J’ai senti que D’ était rassuré sur la véritable utilité de ce travail amorcé.
     
    Préparer la riposte
    D’ vient du groupe de rap Kabal, qui a tourné avec Assassin au milieu des années 1990. Il est né à Paris, mais s’est enraciné à Bobigny depuis quarante ans. Son pseudo, D’ – qui s’écrit D prime, mais se prononce D –, fait référence aux dés à six faces, illustrant son imprévisibilité artistique et ses multiples facettes. Mais D’ de Kabal, c’est surtout une voix. Quand il déclame, il prend un timbre guttural, un rien métallique, s’accordant à merveille avec ses textes au scalpel, dans lesquels il décrit la ghettoïsation des quartiers, ou condamne les maux d’une société à deux vitesses, sans jamais tomber dans la facilité vulgaire du rap mainstream. Au premier abord, le mec impose son physique, du genre massif. Mais la montagne est accidentée et, à l’image d’un volcan au bord de l’éruption, D’ partage à fleur de peau, à travers ses tatouages, les cris sourds de ses profondeurs.
    Quelques jours après la séance de débriefing, à Bobigny, nous sommes à une terrasse de café, porte de Pantin, près de la Cité de la musique, lieu symbolique où le 9.3 vient s’échouer dans un Paris périphérique et artistique pas encore trop gentrifié. On évoque rapidement l’actu de sa compagnie, Riposte, pour basculer sur la raison de notre rencontre : la question des rapports homme-femme sur lesquels il travaille et que j’aborde dans mes animations de prévention. La différence de traitement entre les filles et les garçons dans notre société est devenue une source d’inspiration dans le travail de D’ : « La question des inégalités s’est imposée dans ma sphère privée. Pourquoi c’est plus compliqué de laisser ma fille sortir le soir ? Pourquoi je la mettrais en garde sur sa sexualité, tandis qu’il y aurait une espèce d’injonction invisible qui ferait que je ne le ferais pas avec mon fils ? » Du coup, le slameur, en fin observateur de la vie de ses quatre enfants, a développé une sensibilité au féminisme plutôt rare dans le milieu.
    En 2015, il écrit et joue L’Homme-femme : les mécanismes invisibles, une pièce dans laquelle un homme, seul sur scène, s’interroge sur son identité. D’ de Kabal y décrit alors une forme d’intégrisme masculin, qui « autorise la prise indue de pouvoir, la domination, l’humiliation, la soumission de l’autre. L’intégriste masculin maquille cela en ce qu’il aime appeler “le rapport de forces”, conduit par son désir et uniquement le sien. » C’est sur ce texte très radical sur le genre, une sorte de King Kong Théorie inversé, qu’il débute son travail de déconstruction du mâle dominant. Sur scène, il exhume la part de « violence quasi muette, mécanisme invisible, et donc difficile à localiser, la partie immergée de cet immense bloc glacé que nous portons en nous et qui transit nos consciences ». Sur les planches, D’ passe du masculin au féminin, dans ses mots et avec son corps, sans artifices. « C’était intéressant de poser ça avec mon gabarit. Je me transforme en femme, de dos, simplement en détachant mes dreadlocks. Passer d’une posture d’homme à celle d’une femme m’oblige à aller chercher une autre sensibilité. »
     
    Les mécanismes invisibles
    Chez D’, il y a un fond de culpabilité qui transpire dans nos échanges. Parfois, on sent ses solides épaules s’affaisser sous le poids des violences faites aux femmes, comme s’il en partageait la responsabilité par le simple fait d’être assigné homme. Puis, en abordant le consentement au masculin, sujet totalement occulté par la société, D’ m’a ouvert les affres de son passé. L’abus sexuel subi à l’âge de 9 ans par une femme. Il lui a fallu quinze ans pour intégrer l’idée qu’il avait été violé dans son corps, son esprit. D’ poursuit : « Je suis un mec qui écrit, qui cogite, mais ça, c’était resté enterré profondément. Le truc m’a sauté en pleine gueule alors que j’allais être père. » Comme à beaucoup de garçons, on lui a enseigné à taire la douleur et à ne pas se présenter en victime. « Il y a quelque chose de très ancré dans le tissu sociétal, l’éducation, sur l’impossibilité de la plainte chez les mecs », souffle-t-il.
    Sur le sujet éminemment sensible du viol, D’ se livre sur la pointe des pieds. Pas question de faire le grand numéro des male tears 2, ces mecs qui réclament l’attendrissement des féministes, D’ refusant de « voler » une place de victime aux femmes. Ce sentiment l’amène à constamment faire valider son travail par sa compagne ou ses amies féministes, cautions indispensables. « Après la pièce, il s’est passé un truc absolument ouf, les filles ont débattu, mais les mecs se sont tus. » L’approche sensible des problématiques d’affectif, de relationnel et de sexualité, ça coupe la chique aux hommes, pas préparés à échanger sur le sujet.
    Pour répondre au silence des hommes, D’ a donc invité la parole. Mais pour que cela fonctionne, il fallait qu’elle soit accompagnée et protégée. Il avance son idée de laboratoire à ses potes. Ils sont cinq à être partants. La première rencontre dure deux heures trente. « Ça a été la claque de ma vie, résume D’. On a identifié un schéma dont personne ne parle : la part sensible cachée des mecs. » Il n’y a pas eu de round d’observation. Le groupe se confiant des choses très personnelles, un flot d’émotions les ­submerge. « Par contre, la deuxième séance a été ­difficile à caler. Comme le saut en parachute, c’est toujours la deuxième fois la plus difficile. »
    Brahim, 47 ans, un vieux pote de D’ à Bobigny, comédien et responsable d’un service d’animation pour seniors, est de ceux-là. Au téléphone, il me livre ses impressions : « Dans le labo, on s’aperçoit qu’on n’est plus seul et ça te file la patate. D’, physiquement, c’est un guerrier que tu as envie de suivre. Le poids de l’image du masculin dans cette société est tellement balèze qu’on ne peut pas en parler. Le labo m’a transformé. Avant, je contournais les sujets sensibles, je me cachais. » Brahim continue en expliquant que, dans sa famille, l’homme est « procréateur, taffe et ramène la thune ». En dehors de ça, « il pose son cul sur le fauteuil », et c’est sa femme qui fait le reste. Il poursuit : « Moi, j’étais programmé pour devenir ce genre d’homme, pour mettre ma femme à ma botte. Le labo m’a éclairé. Quand l’amour a frappé à ma porte, j’étais largué entre mon éducation et le poids du quartier. Dans mon environnement social, on n’était qu’entre couilles. Alors, tu joues le bonhomme. »
    Fort de la réussite du groupe test, D’ lance les inscriptions via sa page Facebook pour étoffer et multiplier les groupes. Le temps n’est pas au militantisme, mais les graines semées peuvent faire bouger les lignes, il en est persuadé. D’ailleurs, Fabien, comédien de 43 ans, joint lors du Festival d’Avignon, me dit mesurer déjà les premiers effets de la déconstruction sur ses relations aux autres. Il poursuit : « Quand j’étais gamin, je ne voulais pas faire de foot, mais de la marche athlétique, où le déhanchement génère des insultes homophobes. Si tu ne rentres pas dans les normes des autres garçons, on te féminise. » Ces fameuses normes du masculin ont obligé Fabien, enfant, à refuser de faire de la danse et à aduler John Wayne, icône machiste. Il le regrette aujourd’hui. « Dans le labo, on essaie de sortir du conditionnement des normes. Les mecs viennent de milieux totalement différents, mais ils ont une volonté commune de s’interroger. » La société conditionne l’homme à la violence. L’ADN commun des participants du laboratoire tient dans la volonté de faire voler en éclats cette idée reçue. Fabien, comme les autres, a envie de faire le tri entre ce qui vient réellement de lui et ce que la société lui impose. Il reprend : « Avant de rencontrer D’, j’avais entendu Despentes, qui reprochait aux mecs d’être vachement longs à prendre en charge ce qui les concernait. Elle citait le viol. C’est bien à nous de régler ce problème. Au laboratoire, grâce à D’, on est devenus des révolutionnaires de l’intime. » La question du désir masculin est récurrente dans les laboratoires. D’ le souligne : « 90% des mecs m’ont dit que ce n’est pas la pénétration qui les rend le plus ouf. Ils répondent à ce qu’on attend d’eux. On leur demande de prêter attention au consentement féminin alors qu’ils ne savent même pas l’identifier chez eux ! Régler les problèmes de violences, ça commence à cet endroit. »
     
    Le temps du manifeste
    Chez D’, toutes les luttes se télescopent et ses racines antillaises, noires, nourrissent de leur sève les bourgeons de son nouveau combat. « Tu as des gens qui se réfèrent à la créolité, à Césaire ou Glissant pour poser un socle sur lequel ils construisent leur identité noire. De la même manière, la pensée féministe doit nous servir aussi de fondation pour nous construire en tant qu’hommes. » En présentant le féminisme comme le socle référent pour construire la nouvelle masculinité, D’ raille ces « groupes virilistes, centrés uniquement sur leur petit pouvoir phallique, comme Soral ou les masculinistes, et qui redoutent leur émasculation sociale ». Comme nous constatons ensemble que les hommes sont sur un terrain vierge sur les questions du corps, de la sexualité, D’ se fait plus incisif : « Les féministes nous ont ouvert le chemin. Si elles n’avaient pas travaillé sur le désir, le consentement, on ne se serait jamais posé ces questions-là. On doit prendre le relais, si on veut une société plus égalitaire. On devrait se dire : c’est quoi, les cent questions fondamentales que les féministes se sont posées sur leur condition, et tenter d’y répondre à notre tour en tant que mecs ! »
    Autour de nous, la terrasse s’est remplie, mais D’, tout à sa révolution, continue : « Il faut que je te montre mon dernier clip. Ça s’appelle Cris sourds part 2. » Il sort son téléphone, me le tend avec les écouteurs. J’ai tout de suite pensé à une sorte de manifeste. Quand je le lui ai signifié, il s’est tu, puis m’a répondu : « Un manifeste… Putain, c’est ça. Il faut trouver des signataires. » Dans le clip, D’ interpelle la communauté des hommes qui, si elle se cloître dans ses fondements actuels, est vouée à disparaître.
    « Il y a une notion que nous sommes de plus en plus nombreux à désavouer : être un vrai homme ! / Au regard de ce que cela implique, être un vrai homme, nous n’en voulons pas. / Un vrai homme est un mensonge, un leurre, une foutaise… / Je ne veux pas être un vrai homme. Je veux être un homme véritable. »
    Quelque part en Seine-Saint-Denis, il y a une poignée d’hommes véritables qui ne demandent qu’à faire des petits. En tout bien tout honneur.
     
    1. Chanteur de soul américain des années 1970.
    2. Male tears, littéralement « larmes d’hommes », désigne les plaintes masculines qui accusent les féministes de misandrie et de suprématie féminine.

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires