• "Monsieur, à vous écouter, il faut mettre un paquet de serviettes sur le lit. Sang, secrétions vaginales, liquide séminal... Avec tous ces liquides, ça doit transpercer grave les draps et le matelat."

    votre commentaire
  • Décidemment en ce moment, je passe en revue toute l'échelle des possibles en matière de réactions face à un débat ouvert sur la sexualité. Après Lolita, c'est Jeanne d'Arc version musulman ou plutôt un Mahomet à l'hymen peu compliant, que j'ai rencontré. Je suis une nouvelle fois à Saint Denis, face à une classe majoritairement féminine. Il faut dire que dans les lycées généraux, le pourcentage de garçons est en nette diminution, ceux-ci étant plus nombreux à sortir du circuit en fin de collège (il parait que c'est une donnée officielle d'après un proviseur). Une jeune fille s'installe au fond de la classe laissant quelques tables vides entre elle et les autres. Le prof a dû mal à la faire avancer. Elle semble très réticente à l'idée de participer à la séance de prévention. D'ailleurs, immédiatement, elle me tourne le dos et regarde le mur du fond. Il faut reconnaître pour sa défense que nous sommes entrés tout de suite dans le vif du sujet puisqu'un garçon a parlé de « levrette ». Ne voulant pas lui faire endosser le rôle de bouc émissaire en stigmatisant son aversion pour la chose, je décide de laisser faire. Après tout, même de dos, ses oreilles peuvent parfaitement capter ce qui se dit.

    Au bout d'une heure d'intervention, et suite à une question sur la pose des préservatifs, je pose sur la table le sexe en bois qui me sert pour la faire la démonstration. Là, elle jette un œil par-dessus son épaule, histoire quand même de visualiser à quoi ressemble un sexe de mec, et fait mine de partir. Le prof l'intercepte et la discussion qui s'engage au fond de la classe semble vive. Finalement, ils sortent tous les deux. Les élèves font quelques réflexions, sous-entendant une éventuelle relation entre les deux. Classique. A la fin des deux heures, une fois n'est pas coutume, une dizaine d'élèves traînent un peu et continuent de me poser des questions sur le sida et les IST. Puis le prof revient avec la fille qui s'est exclue. Celle-ci, à son invitation s'approche : « monsieur, ça ne se fait pas. Vous, les français, vous parlez trop facilement de tout ça. On ne doit pas inciter les jeunes à faire ça. » Je lui explique que si elle vit en France et qu'elle va au lycée en France, c'est qu'elle est aussi française que moi, d'autant plus qu'elle me dit être née dans l'hexagone, de parents tunisiens. En ce qui me concerne, droit du sang, droit du sol, je m'en bats les rouflaquettes. On naît ici, on grandit ici, on vit ici, alors on est d'ici. Je ne vous cache pas que je suis toujours surpris par tous ces jeunes qui n'arrivent pas à se sentir bien dans leur pays, qui parlent des « français » comme si c'était une caste à laquelle il n'appartiendront jamais. Certes, leurs familles, parfois trop enfermées dans leurs traditions, ne l'y aident pas toujours mais le quotidien leur renvoie souvent cette image d' « étrangers », qui relève presque toujours du faciès, en fonction d'une couleur de peau ou d'une manière d'être.

    Elle en rajoute une couche : « vous dites qu'on peut faire ça à 15 ans (elle fait référence à l'âge du consentement sexuel), c'est trop jeune. Et puis au lieu de parler du préservatif, il vaudrait mieux parler de fidélité, d'abstinence, de virginité. » J'en déduit qu'en langage coranique « ça » veut dire faire l'amour, le terme choisi ne déclenchant pas vraiment l'hystérie côté libido. Je décide de ne pas tomber dans le panneau, et de lui démontrer (même si mon fort intérieur bouillonne d'envie de lui rappeler les fondamentaux de la laïcité) mon fantastique esprit d'ouverture vis-à-vis des religions, puisque c'est bien de ça qu'il s'agit : « Je n'incite personne à rien. J'ouvre un espace de parole sur un sujet sensible, la sexualité, que vous ne pouvez pas toujours aborder avec vos parents. Sur la virginité, l'abstinence, tu as le droit d'avoir tes idées, de faire tes choix. Si tenté que ce soient vraiment les tiens. Mais tu peux entendre que d'autres n'ont pas le même regard sur la vie et leurs relations et souhaitent avoir une information sur les IST, la contraception... De plus, nous avons aussi beaucoup parlé de la relation à l'autre, de la position de chacun dans le couple, des limites qu'on se doit de poser, de ce qu'il est possible de faire ou ne pas faire... Et puis même si tu restes vierge jusqu'au mariage, tu auras peut-être un jour des relations sexuelles pour avoir des enfants. » C'est pas beau comme esprit d'ouverture, ça ? Comme elle revenait à la charge, en me signifiant que j'étais tout de même l'hérétique de service, les autres élèves sont venus à ma rescousse. Quatre autres jeunes filles l'ont prises à partie : « Mais d'où tu sors toi ? Tu crois que ton mari va te rester fidèle ? Qu'il sera vierge, lui ? On n'est plus au Moyen-âge. Ce n'est pas ta famille et tes parents qui vont vivre ta vie. On n'est pas obligé de tout leur dire... »

    Les arguments fusent. Je les regarde avec beaucoup de considération. Les publicitaires post-coupe du monde les décrierais comme cette France Black-blanc-beur qui s'est découverte une unité. Elles font front à la tradition archaïque, leurs familles de « blédard », la loi du quartier... L'accès à l'éducation, le lycée, voilà une solution pour toutes ses filles enfermées dans leur rôle de mère pondeuse par des types, qui sous le couvert d'une religion sexiste vont se poser beaucoup moins d'interdit qu'à leur femme. La fille hausse les épaules, me jette un regard assassin et s'en va. Elle est quand même revenue me dire ce qu'elle pensait. De plus, elle continue dans la cour de débattre avec les autres et c'est tout à son honneur. Ça ne doit pas être facile pour elle, de vivre tiraillée entre les traditions familiales qui l'ont formatée pour offrir sa virginité à un type qu'elle ne choisira probablement pas et son environnement scolaire quotidien plus enclin au flirt sans lendemain. Je me dis que la religion manque juste d'un peu de lubrifiant, pour se laisser pénétrer par la modernité.


    1 commentaire
  • Elle est en préapprentissage pour devenir coiffeuse. Elle a 15 ans, et peut-être quelques mois de plus. Elle a un décolleté vertigineux et sans soucie peu. Dès que la prof annonce que je suis là pour parler de sexualité avec eux, elle saute de joie, se lève, vient me serrer la main... « Vous êtes la meilleure nouvelle de la journée ! » Une sorte de roi mage du cul, le messager attendu comme le messie et qui va transformer les cours en partouze, multiplier les capotes et marcher sur le liquide séminal. Je refroidis un peu ses ardeurs en expliquant que je ne suis pas là pour parler de parties de jambes en l'air mais pour échanger avec eux sur la sexualité et les IST (Infections sexuellement transmissibles). Qu'importe, elle est partie, partante et semble revenue de tout. Je sais déjà, dès les premières minutes, qu'il va falloir que je tempère ses velléités de témoigner, de s'exposer. Je propose pour rentrer dans le sujet (sans mauvais jeu de mot) une tempête de cerveau autour du mot sexualité, écrit en gros au tableau... Un brainstorming, quoi. Je note pour les inviter à s'exprimer « rencontre », puis, je leur donne la parole chacun à leur tour. Au moment où je la questionne du regard, elle se lève, papillonne des yeux et me lâche un « fellation » très, mais alors très aguicheur. Je lui demande de se rasseoir et nous continuons. Je suis quand même un peu déstabilisé par son comportement. Rassurez-vous amis lecteur, loin de moi l'idée de marcher sur les traces d'Humbert le personnage de Nabokov prêt à me laisser emporter dans une relation lolitesque. Mais la séduction agressive est toujours dérangeante et ceci quelque soit l'âge des deux personnes en contact. Il m'est déjà arrivé de me faire un peu draguer pendant des interventions mais elle, elle était très étonnante dans son manque total de pudeur, et surtout sa facilité à réduire les distances entre adulte et adolescent, entre formateur et élève. Trop à l'aise, trop exubérante, trop généreuse dans tous les sens du terme. Un « trop » qui cache des « pas assez » ? Que les psys fassent leur boulot...

    Et puis, une question est venue sur les risques de contracter le virus du sida. Etaient-ils toujours aussi importants ? La jeune fille répond à ma place : « le sida ? Il faut faire attention. Moi je fais l'amour sans préservatifs mais qu'avec des garçons que je connais. Mais je prends la pilule.» Adieu Lolita. Sa phrase m'a fait immédiatement oublier son petit jeu de séduction et le militant que je suis, n'y a vu qu'une jeune fille mettant désespéramment sa vie en danger.
    « - Tu penses vraiment que toutes tes amants sont au clair avec leur statut sérologique ? Qu'ils ont fait des tests ? De plus, penses-tu qu'on annonce toujours à son partenaire si on est infecté ou pas par une IST ? Ne pense pas qu'au sida, il y a aussi les Chlamydia, l'herpès, les infections à condylomes, les hépatites... »

    Elle reste sans voix. Ses yeux sont moins rieurs, sa bouche se tord un peu. Elle redevient une petite fille surprise en train de faire une bêtise. « - mais je les connaîs, je suis sûre. C'est des mecs de mon quartier. » Je décide de parler des tests de dépistage et du temps d'incubation des virus. J'explique que beaucoup de gens vivent sans savoir qu'ils sont contaminés, que certaines IST ne se développent pas chez l'homme mais se transforment en maladie chez la femme. Je fais un tableau sur les transmissions avec les différents liquides qui peuvent véhiculer les virus. Je rappelle que la pilule la protège des risques de grossesse, mais en aucun cas des risques d'infections. Elle écoute, sérieuse. « - Monsieur, vous me faites flipper, là ». Vu l'expression de son visage, je me dis qu'elle ne bluffait pas, qu'elle a déjà eu des relations avec de nombreux partenaires. Et sans préservatifs.

    Je réexplique que je ne suis pas là pour faire peur mais pour informer. Libres à eux d'avoir la sexualité qu'ils souhaitent mais en connaissance de cause, en personnes responsables de leur corps mais aussi de celui des autres. La sonnerie retentit. Les élèves se servent en préservatifs et cours papoter dans les couloirs. Elle se lève, prend un préservatif féminin et deux masculins, et me dit « merci, monsieur, c'était vraiment bien. J'ai appris plein de choses. » Je n'en suis pas si sûre que ça mais bon vent quand même, Lolita. Et surtout fais attention à toi.


    1 commentaire
  • Journée de la femme oblige ou simple coïncidence, j'ai eu hier, une classe de filles en CAP couture dans les Hauts-de-Seine. Celles-ci étaient très défavorables au fait que ce soit un homme qui vienne animer l'intervention sur la sexualité. Ça râlait sec dans les couloirs et certaines voulaient même rentrer chez elles. À peine installés, je leur ai immédiatement proposé de mettre des mots sur leur gêne afin de pouvoir dépasser ce problème qui aurait pu plomber le débat. La peur d'être jugée comme étant des « filles faciles », « portées sur la chose », par un homme semblait les préoccuper. Je leur ai expliqué que je n'étais pas là pour les juger et surtout que je ne divulguerais pas leurs paroles aux professeurs ou au proviseur... De plus, nous étions là pour parler de la sexualité et non pas de leur sexualité. Ce fût un argument satisfaisant pour les filles musulmanes, à qui je certifiais pour enfoncer le clou, que je n'appellerais pas leurs pères ou leurs frères pour leur dire que nous avons parlé de rupture d'hymen, de clitoris ou de secrétions vaginales, voire pire, (sortez vos gousses d'ail, crucifix et autres coran), d'orgasme. Si elles avaient des questions plus personnelles, l'infirmière pouvait servir bien sûr de relais.

    Une fois rassurées, nous avons beaucoup travaillé sur la notion de consentement et tout ce qui pouvait se faire, se dire avant l'acte sexuel. J'ai élaboré des questions à partir d'un document canadien sur les relations entre partenaires et la règle des 3C : Connaître ses propres désirs et limites, Communiquer efficacement avec l'autre pour les exprimer et la notion de Consentement éclairé, même si souvent « ça se passe dans le noir » comme me l'a signalé une élève, avec humour. Elles étaient unanimes sur le fait que c'était difficile de dire à son partenaire qu'on refusait un acte sexuel, ou que l'on ne souhaitait pas avoir telle ou telle pratique. Après avoir travaillé ensemble sur les raisons, nous avons mis à jour que la crainte, la peur de la réaction des garçons, en était la cause.

    Puis, nous avons essayé de définir ensemble la notion de consentement mutuel. Le problème est que bon nombre d'entre elles avaient déjà subies des pressions, des manipulations voire des gestes violents ou incitatifs et qu'elles avaient fait l'amour sans être vraiment certaines de le vouloir vraiment. Une fille me dit même résignée, que tel est le destin de la femme, à cause de la « pomme ». Cette référence au jardin d'Eden, paradis perdu à cause d'une femme, la première de l'humanité, qui s'est laissé tenter par un serpent à deux boules ( ?), un spermatozoïde reptilien ( ?), un vît à gland fourchu ( ?),  m'a toujours laissé de marbre. J'ai toujours eu du mal avec la genèse de l'humanité, surtout  lorsqu'elle est teintée de culpabilité.

    Nous avons passé beaucoup de temps à échanger autour de l' « avant », comment on peut se préparer au mieux pour avoir une relation à fort bénéfice, sans regrets. - « On parle pas de sexe, alors ? » La question a fait rire toute la classe. Elle rougit un peu quand je la regarde : - « Mais nous en parlons depuis une heure !! Et puis, je croyais que vous ne vouliez pas en parler en présence d'un homme !! La sexualité se réduit-elle seulement à l'acte ? Et après comment on se sent ? Qu'est ce qu'on se dit ? Mais si vous voulez qu'on parle des pratiques sexuelles, on peut. Mangeons la pomme, et jusqu'au trognon, tiens ! »

    Nous avons abordé les pratiques sexuelles sans aucune gêne, sans problèmes, sans tomber bien sûr dans la surenchère. Beaucoup de questions portaient sur la fellation, la sodomie, les risques liés à ces pratiques... Franchement, à quoi bon organiser une « journée de la femme ». Elles n'en ont aucunement besoin. C'est sûrement les hommes qui en sont les instigateurs, juste pour se déculpabiliser de cette furieuse envie de croquer qui les taraudent tout le reste de l'année.


    votre commentaire
  • « Les taspés, je leur met deux cartouches. Et si elles ne veulent pas niquer, on passe direct à la petite gâterie... Suce-moi ou je te fume. ». J'aurais pu titrer Spleen suite...

    votre commentaire