• Radio Sexe : ni queue ni tête

    Radio Sexe : ni queue ni tête

     

    « Du cul et du sexe ! » La promesse de Radio Sexe est sans équivoque. Créé par les testeurs de jeux vidéo Kameto et Kotei et diffusé le dimanche soir sur la plateforme Twitch, ce talk-show, où de jeunes auditeurs présélectionnés exposent leurs problèmes de cul, est suivi par près de 500 000 internautes sur YouTube, où l’émission est ensuite rediffusée.
     
    En plus de Kameto et Kotei, la bande de docs génitaux diffusant ses conseils sexo est composée de Zack, youtubeur, Joël, entrepreneur dans la muscu, Prime alias PrimeTimeFUT, propulsé à l’Olympia grâce à son million d’abonnés, et Yass, vanneur sur Twitter. Il n’y a pas de filles dans la team, ce n’est pas le genre de la maison très weshgros-frérot-­hétéro-phallo-centrée. Certaines se risquent à témoigner, mais elles sont systématiquement traitées de putes sur le live chat et « mansterruptées » sur le plateau. À défaut d’être égalitaire, le groupe de jeunes youtubeurs ne fait que reproduire les vieilles recettes misogynes de ses aînés. Et c’est bien dommage, car vu leur notoriété auprès des gamers, population réputée sexiste, les animateurs de Radio Sexe auraient pu faire le choix d’être des influenceurs plus positifs ! Mais, prisonniers d’une notoriété qui paie, ils ne sont pas vraiment prêts à bousculer toute une communauté, pathétique de conformisme dans sa street attitude et sa masculinité.
     
    Après avoir visionné pas loin de six heures d’émission, force est de constater que l’équipe de Radio Sexe est loin de maîtriser son sujet. L’utilisation d’un vocabulaire très cru masque ­difficilement la vacuité de certaines recommandations, à l’image du débat censé déterminer si l’invité était un « bâtard » ou un « mini bâtard » pour avoir pécho une « go » (une meuf) ciblée par un pote.
     
    Dans l’émission du 16 juin, l’invité, le rappeur Alkpote, arbore un tee-shirt « sucepute », son fonds de commerce sur la Toile. En se présentant comme l’empereur des « anulingueurs », il provoque l’hilarité embarrassée d’un Kameto qui sort juste de sa puberté. Joël, gros bras, réplique : « Si une meuf essaie de me bouffer l’anus, je la recadre à grandes tartes dans sa tête. » Alkpote, planqué derrière ses verres fumés, nous fait partager sa vision du consentement pour obtenir une fellation : « Tu pousses la tête de la meuf vers ton sexe. » Sur Radio Sexe, on peut faire la promo de la culture du viol sans se soucier du CSA puisqu’on est sur le Web.
     
    La bande cause ensuite « gorges profondes sur l’autoroute avec la bite qui tape la glotte à chaque nid de poule », rapports sexuels dans les cages d’escalier à 14 ans, « putes asiatiques qui en ont rendu fous plus d’un »… Ces gamins élevés à GTA et à Pornhub exposent leur catalogue de fantasmes pour collégien en séance branlette sous la couette. Sur le chat en live, sans modération, les internautes « pupuputent » à tout-va, cri de ralliement alkpotien. Pourtant, les rires gênés et les tics nerveux ne mentent pas. Les animateurs jouent la carte de la provoc pas totalement assumée, comme si certains craignaient que leurs mères viennent leur filer une bonne raclée.
     
    Dans l’émission Spécial Corée, plombée par le décalage horaire malgré les canettes de Red Bull ingurgitées, le témoignage d’un internaute évoquant un rapport sexuel avec une fille vierge « trop serrée » a clarifié les limites du groupe. Sur le plateau, on cherche des solutions express et les « docteurs » dévoilent leur incompétence en anatomie féminine. On est très loin de la prévention par les pairs, d’autant plus que personne n’interroge le ressenti de la personne concernée au moment de la première fois. En évitant soigneusement de s’aventurer sur le registre des émotions, le groupe vire technique en invoquant le dieu lubrifiant. Kameto tente bien de jouer les profs de SVT : « Quand tu as les blueballs [couilles bleues, ndlr], t’arrives plus à débander. Ça sécrète des trucs bizarres dans tes couilles et ça fait trop mal. » Mais son histoire de testicules de Schtroumpf pour évoquer l’hypertension épididymale, c’est bon pour les bleu-bites.
    Prime, qui joue l’affranchi du cul dans ses clips, donne dans la morale et la réputation : « Vous n’allez pas faire sortir des mecs de 18 ans avec des trucs de lubrifiant dans les poches ? » Joël, plus expérimenté, ne voit pas le problème alors que Yass estime que c’est un attribut pour ceux qui veulent juste « fourrer de la chatte ». Autrement dit, plus tu es équipé, plus tu es pervers. Aucun d’entre eux n’évoquera l’importance de lubrifier pour éviter les ruptures de capotes et pallier d’éventuelles sécheresses vaginales.
     
    Dans l’émission enregistrée à L.A. avec Manuel Ferrara, acteur et réalisateur porno, la joyeuse bande « manspreade » sur des sofas en claquettes chaussettes. Kameto serre dans ses bras un coussin comme un doudou. Il a l’air d’un gosse égaré sur un tournage X et on appellerait presque le juge des enfants pour faire un signalement. Pas à un paradoxe près, Prime s’interroge sur la manière « de trouver la mère de ses enfants ». On découvre alors que tous se rêvent en bons pères de famille plutôt qu’en serial baiseurs.
    Radio Sexe n’est pas une émission de conseils, mais bien un boys’ club qui veut faire du cash en jouant au docteur avec ses followers. Toutefois, en les écoutant partager leurs propres représentations, sans filtres, on est en droit de se demander si ce talk-show n’a pas aussi une vocation thérapeutique pour eux-mêmes.
    À la suite d’une chronique très critique de Sonia Devillers sur France Inter, les animateurs de Radio Sexe, beaux joueurs, se sont dits prêts à s’améliorer. Alors, une formation à la vie affective et sexuelle pour sortir du sexisme et partager de vraies infos, ça vous dit, les gars ?
    Dr Kpote
     
    kpote@causette.fr et sur Facebook/Twitter

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :