• La complète jambon

    Après les huîtres et le champagne, j'ai repris, hier, le chemin des banlieues buissonnières. La destination ne fera jamais la tête de gondole chez lastminute.com, car il n'y a ni plages de sable fin, ni artisanat local, ni monuments historiques au Blanc-Mesnil. Le lycée est triste, dans un quartier gris, sous un ciel de plomb. Les élèves sont bien encapuchonnés et j'ai un mal fou à leur faire enlever leurs combinaisons de protection. Après quelques minutes, les visages finissent par quitter leurs nids de fibres et s'exposent, las et lointains ou dédaigneux et hautains, selon leur appartenance tribale, commun des mortels ou rappeurs professionnels. Je les sens nerveux, irrités, prêts à en découdre, comme à la pesée avant la montée sur le ring. Une rumeur de couloir circule et parle d'une grève pour s'opposer à un changement de règlement sur les retards.

    Dans la première classe, ils ont choisit l'option « provocation ». Autrement dit, chaque fois que j'énonce un chiffre ou une affirmation, ils rétorquent que c'est faux, que je n'y connais rien, que je les promène pour passer le temps... En gros, que je suis un bouffon. L'infirmière sourit pour masquer son malaise. Je continue une heure, puis je les envoie en permanence, fatigué de me justifier. Un plateau repas m'attend à la cantine, aussi gris et triste que l'environnement. A table, on parle peu. Les profs comme le personnel administratif semblent attendre l'heure de la sortie pour reprendre vie. La deuxième classe montre plus d'envie à participer, malgré les estomacs qui s'épuisent à digérer le mauvais cordon bleu de midi. Au moment où je fais un petit rappel juridique sur la notion de « consentement éclairé », ce fameux consentement clairement exprimé sans l'influence de produits psycho actifs, les visages se sont durcis et des réflexions très désagréables pour mon oreille encore un peu en vacances ont fusées :

    - Les meufs, elles n'ont pas à boire ou fumer. Ou bien elles assument aussi les conséquences.

    - Ouais, elles veulent. Après elles veulent plus et elles portent plainte. Facile.

    Des points de vue que j'ai déjà relaté dans ce blog et qui sont récurrents dans la bouche de ces ados. Les filles portent toujours plainte pour se faire du blé alors qu'elles étaient consentantes au départ. Mais cette fois, je les sentais plus impliqués, plus revendicatifs, plus tripales dans leurs réactions. A tel point, qu'on a dû changer de sujet pour éviter l'émeute à Alcatraz. Les filles, elles ont ce qu'elles méritent, « un bon coup de bite et ferme ta gueule », restera la conclusion de cette journée à oublier.

    J'avais déjà mon casque sur la tête quand l'infirmière, peu bavarde, m'a lâchée les raisons de leur énervement. Juste avant les vacances, une des ces cinq filles de l'établissement (pour 445 garçons) avait été violée dans un local à poubelle en face du lycée. Neuf élèves ont été arrêtés, dont cinq de la même classe, celle là même que j'ai eu en dernier... Ils avaient tous été très affectés par la garde à vue de leurs camarades mais aucun n'avait montré la moindre empathie pour la victime, cette pute qui l'avait bien cherché, qui avait joui avant de les dénoncer... C'était la dernière couche de crème sur la grasse galette que j'avais déjà dû incurgiter dans la journée. Je frisais l'indigestion. Et dire que j'y retourne le 17 janvier...

  • Commentaires

    1
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 10:25
    bouh
    la la...
    2
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 10:26
    Je fais une pause café
    Ce texte me fait boire la tasse, les mots se dérobent sous le clavier. Bon vœux à toi quand même, Didu.
    3
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 10:28
    Punaise
    Les femmes qui fument et boivent considérées comme des putes (car une bonne épouse, une bonne mère, vit sainement et saintement), remarque, le discours est rôdé et a bien le vent en poupe, et pas qu'au Blanc-Mesnil.
    4
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 10:29
    Hello Jane et Cosmic
    rentrée un peu hard mais je vais me refaire une santé à Poissy jeudi... du moins j'espère. Des bons voeux quand même bien sûr.
    5
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 10:32
    Cosmic
    une petite histoire qui va te plaire. Hier, dans le square en face de l'école de mes enfants, le gardien a viré un jeune couple qui se roulait des galoches sous le prétexte de l'indécence de leur tenue. il était aidé en cela par un flic municipal, aussi borné que coincé... tout va bien!!
    6
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 10:35
    Oui, tout va bien,
    La morale est sauve... Un esprit sain dans un corps sain, travailler plus, rentabiliser son pactole, consommer plus, et baiser pour procréer. Amen.
    7
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 10:38
    Le 17 janvier,
    prions pour la galette des Reines. Puisque que manifester son fait religieux est très en vogue aussi. Ouh, je vais refaire un café, moi :(
    8
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 10:48
    didurb'
    Laisse moi te présenter mes voeux et te souhaiter .... Beaucoup de courage pour ton job ! Comme je te l'avais dit, le Mac est souvent en admiration face à certains et certaines professions (de foi !) Je ne sais pas comment tu fais mais tu le fais ! Tu sais que le Mac Léon a connu ces murs gris à une autre époque, que le Mac n'a pas toujours vécu dans son maquis... Qu'il a connu la piscine de bOndy, la Basoche.... le bois de clichy, Argenteuil-beach, et tout le tra lala !... Oui, du courage et de la chance. De la chance pour qu'un, un seul jeune t'écoute vraiment ! Comme dit l'autre : si je peux sauver un homme, je sauve l'humanité ! Et puis quand je lis tes posts..J'm'dis qu'en Corse, on vit BIEN mais TRES BIEN ! j'm'dis que la jeunesse Corse est vraiment TRES BIEN ELEVEE ! IL faudrait que tu viennes faire un saut ici ! Tu serais scié ! Enfin bref... Tous mes voeux de réussite et de courage ! FORZA !
    9
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 10:53
    salut Mac
    et bien figures toi que la Corse fait partie de nos envies d'escapade pour 2008... il nous reste à trouver le budget. Pour revenir à ce texte et aux jeunes. D'abord ils ne sont pas tous comme ça et la pression du groupe joue beaucoup. De plus, il n'est pas question de les sauver (je laisse ça au fameux tout-puissant) mais juste d'ouvrir un espace de paroles qu'ils n'ont pas toujours et crois-moiu, les résultats sont plutôt bons en terme de prévention. Sinon j'arrêtrais tout de suite. Pour la Corse, le fils d'un de mes voisins va y vivre dès septembre prochain. Et comme c(est un bon pote de mon fils... Allez et bonne santé, hein ?!
    10
    Mercredi 9 Janvier 2008 à 13:18
    Bonjour Didurban,
    C'est dingue ce qu'ils sont archaïques, les jeunes d'ass t'heure ! Burp.
    11
    Jeudi 10 Janvier 2008 à 19:31
    Bonjour Didurban,
    5 filles pour 445 garçons?Gloups,comment c'est possible un déséquilibre pareil sans risques dans un tel environnement?Foutacagoule et bon courage!:)
    12
    Freddy le Psy
    Lundi 21 Janvier 2008 à 19:50
    Et bien bonne chance
    J'avais pas lu ton blog depuis un moment. Ce texte fout bien les boules. Comment ça s'est passé, le 17 ? T'as pu reprendre avec eux ? A +
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :