• Big Brother, c’est toi, moi, nous

    Session de rattrapage pour ceux qui ont raté le Causette#31

    Travailler sur la notion d’intimité avec les adolescents, c’est forcément évoquer Internet et ses dangers. Une exposition virtuelle mal gérée peut être une vraie menace pour la dignité de l’individu et pour son intégrité psychique. On peut parler de nouvelles vulnérabilités liées à l’utilisation des nouvelles technologies. Chantage à la sextape entraînant un suicide, tchat privé sur webcam diffusé sur YouTube sans autorisation, les histoires édifiantes lues au hasard des médias trouvent aussi écho dans mes animations de prévention…

    Dans un CFA de Seine-Saint-Denis, les apprentis trépignaient, la veille de mon arrivée, car ils en avaient une bien bonne à me faire partager. Ils avaient échafaudé un vrai traquenard pour l’un de leur pair dont ils étaient très fiers. En effet, quelques semaines auparavant, l’individu ciblé avait d’abord reçu par texto, avec numéro inconnu de son répertoire, une série de déclarations enflammées de la part d’une certaine Priscilla du bahut d’à côté. Signalons tout de suite qu’il avait été élu sur sa naïveté, aussi prégnante dans sa personnalité qu’un nez au milieu de la figure. Véritable miracle dans sa vie pauvre en rencontres affectives, une fille était séduite par son aura, et il s’en vantait à la cantonade, sans imaginer un seul instant la moindre tartuferie. Il venait soudain de rallier la caste enviée des « beaux gosses », lui, le paria !

    Le couple échangea à distance bon nombre d’amabilités, puis des propos stimulants et, pour finir, tout un tas de cochonneries. Du texte, on est passé naturellement à l’image. La fameuse Priscilla a envoyé une photo de ses seins – chipés sur Google Images. Lui a répondu à la demande par des poses de gangsta, des photos de ses pecs et de ses abdos… Un matin, Priscilla a exigé une mate de son sexe pour, disait-elle, se mettre en appétit. L’ingénu a foncé aux toilettes pour s’astiquer, puis immortaliser son vit au garde-à-vous et l’envoyer en one-touch à la belle virtuelle. Mais le numéro de Priscilla était un leurre, et le destinataire a fait circuler le gros plan du gland turgescent au reste de ses complices. Quand le pauvre garçon est revenu des toilettes, quinze individus hilares l’attendaient, écran allumé à la main, lui renvoyant l’image de sa virilité forcément écorchée.

    Quelques semaines plus tard et en présence du dindon de la farce, ceux-ci tenaient donc à me montrer l’appendice. Bien évidemment, j’ai refusé l’invitation afin de ne pas cautionner le pire. La victime était blême, avec un sourire forcé qui faisait vraiment peine à voir. Certes, la bonne blague entre potes façon « bites au cirage » et autres réjouissances masculines de colonies de vacances ont toujours existé, mais là où les blagues de potaches se réglaient par une bonne partie de manivelle, aujourd’hui, elles se scénarisent à l’infini sur le Net. Les nouvelles technologies ont amplifié le phénomène d’exposition et, surtout, sa diffusion. Auparavant, la rumeur de l’outrage subi finissait par s’estomper avec la distance et le temps. Désormais, les images se partagent, se commentent férocement, se likent, s’archivent, peuvent resurgir à tout moment des disques durs pour un outing aussi inattendu que destructeur. On a tous des gigaoctets de la vie des autres en stock ou en libre accès.

    On a travaillé avec le jeune homme sur ce qu’on donne à voir aux autres, sur le partage de son intimité et sur les conséquences de cette nouvelle manie de s’exhiber sur la Toile. Avec les autres, on a débattu sur le droit à l’image et les dégâts de la circulation de l’info quand, tout en se dédouanant de ses responsabilités en jouant les passeurs, on participe à la destruction d’une vie. Mais, face à une génération pour laquelle sa propre mise en scène est banalisée, peu d’entre eux comprenaient ma réaction d’hostilité. Ce jeune homme devra s’accommoder du fait que, quelque part en Ingouchie comme à deux pas de chez lui, des milliers de geeks connectés peuvent voir son sexe googlelisé.

    Pour illustrer les conséquences de leur acte et les aider à mieux les cerner, je leur ai raconté cette histoire qu’une infirmière du Val-d’Oise m’avait rapportée. Une fille avait accepté de faire un petit porno maison, en faisant une fellation à son mec devant la caméra de son téléphone. Probablement fier de sa réalisation, celui-ci n’a pas pu s’empêcher de la diffuser à son meilleur pote. Aujourd’hui, tout va si vite : on filme, on looke et on partage. Des regrets ? Trop tard. La fibre optique téléporte l’objet du délire à la vitesse de l’ADSL 2 méga. Et le partage se faisant viral, en l’espace d’une matinée, une cinquantaine de types du quartier voisin avaient délaissé la glande pour venir voir cette « salope qui suce » et en profiter. L’infirmière a dû enfermer la fille dans l’infirmerie pour la protéger. Une plainte a été déposée, mais la famille, ne supportant plus de se faire apostropher, insulter, traiter, a été contrainte de déménager. Ils ont beaucoup ri de cette fille facile qui s’était fait piéger, et puis, l’histoire avançant, j’ai ressenti leur empathie pour cette famille dévastée par la bêtise et l’irresponsabilité.

    On s’est accordé un temps de réflexion sur ces outils qui accélèrent nos vies avant qu’elles nous échappent. Mais à quoi bon, si même les parents vivent leur life par procuration derrière la caméra d’un iPad tout en abonnant leurs enfants à leur fil d’activités ! Big Brother, aujourd’hui, c’est toi, moi, nous…


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :