• À quelques jours du 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida, on cause dans les animations de la pire pandémie du siècle dernier tout en dépoussiérant les rubans rouges. Mais, parfois, j’ai un peu l’impression de soliloquer. En effet, au box-office des « maladies qui déchirent grave ta race », Ebola a largement détrôné le sida. Pour les ados, le VIH, c’est passé de mode, comme les démons de minuit qui t’entraînent au bout de la nuit et la moustache de Freddie Mercury (1). Mais Retour vers le futur refaisant l’actualité, on peut aussi leur rappeler que Marty McFly (héros du film) a décollé au tout début de l’épidémie, dans les années 1980, et que le virus l’a peut-être accompagné dans sa machine à voyager dans le temps jusqu’au 21 octobre dernier (2). Le sida a bien survécu au grand bug de l’an 2000 et ce n’est pas de la fiction.
    « Comment on atteint le sida ? » Cette question anonyme griffonnée par un élève de seconde pourrait, dans un premier temps, inviter au sarcasme. Et puis, en y réfléchissant bien, on se dit qu’on a peut-être sous les yeux un beau lapsus révélateur de la pensée collective : aujourd’hui, pour avoir la possibilité de rencontrer le sida, il conviendrait de voyager et de préférence loin. De nombreux jeunes n’imaginent pas une seconde que le virus vit peut-être à leurs côtés, hébergé par les lymphocytes d’un pote en pleine bourre qui « défonce tout à la salle » ou d’une conquête d’un soir parachutée sous MD (3) dans leur lit. « Le sida, Monsieur, c’est au bois et dans le Marais. » Comprendre : chez les putes et les gays.
    En ces temps de COP21, où le naturel chasse le chimique, on n’hésite plus à en faire un paria de la nature, un rat de laboratoire : « Le sida, Monsieur, c’est ce virus fabriqué par les Américains pour tuer les Noirs et l’Afrique. » Cette affirmation aussi récurrente que le complot sioniste du 11-Septembre permet de nier la responsabilité de chacun face à la transmission des IST (infections sexuellement transmissibles). En gros, à quoi ça se sert de se protéger puisque l’épidémie est sous le contrôle des grands génocidaires américains ? Et quand on exige des preuves, il y a toujours un post Facebook perdu quelque part dans le cyberespace…
    Du coup, pour tous ces négationnistes de la pandémie, on pourrait organiser le voyage « devoir de mémoire du VIH », comme on le fait pour la Shoah ou le Débarquement, histoire de remettre les pendules à l’heure.
    Forcément, ce pèlerinage commencerait par un vol sec, le lubrifiant étant devenu, depuis le 11-Septembre, un produit interdit en cabine, car susceptible de finir dans une bombe plus barbue que sexuelle. Cette mesure coercitive est particulièrement contre-productive pour la prévention, car un rapport sans lubrifiant augmente les microlésions, donc les risques de transmission. Avant le décollage pour le septième ciel, les hôtesses et stewards de notre compagnie Air Sida donneraient les consignes de sécurité : « Mesdames et Messieurs, bienvenue sur ce vol aller simple, puisque vous voyagez en compagnie du VIH. Nous allons dès à présent vous indiquer les consignes de sécurité. Tout d’abord, les issues de secours signalé par un panneau “Exit” ne servent à rien, car vous ne sortirez pas de la séropositivité. Les (godes)ceintures s’attachent et se détachent de cette façon. En cas de dépressurisation hormonale, des capotes tomberont automatiquement devant vous. Pincez sur le réservoir pour enlever l’air. En vue du décollage, veuillez redresser votre siège et éteindre vos bédos : le cannabis thérapeutique pour les séropos est toujours interdit en France. »
    Pour voyager sereinement, mieux vaut se faire vacciner. Le vaccin contre le sida étant toujours au stade des « essais prometteurs », nous proposerons plutôt un test de dépistage. Avec les Trod (Test rapide d’orientation diagnostique, qui délivre un résultat en 30 minutes) et l’autotest à résultat immédiat vendu en pharmacie, on a, enfin, l’embarras du choix. Si l’avancée est remarquable en termes d’offre de dépistage, l’information reste à manier avec précaution. Personnellement, même si la loi le permet, je n’ai pas envie d’envoyer un mineur acheter un autotest (autour de 28 euros tout de même) pour qu’il se dépiste en solo dans sa piaule en s’autopiquant (« Ça doit faire mal, M’sieur ! »). « Si je suis positif, je me suicide » est une phrase que j’ai beaucoup trop entendue. Le Trod réalisé dans un centre de dépistage me paraît bien plus adapté, tout en offrant une réponse presque aussi rapide.
    Pas de plateau-repas pendant notre voyage ! Les passagers auront droit à la Prep (prophylaxie pré-exposition) en guise d’en-cas. VIH, Trod, TPE (traitement post-exposition) et maintenant Prep, avec tous ces acronymes et ces sigles, on comprend mieux pourquoi la prévention touche plus les joueurs de Scrabble que ceux de Fifa 16 ! La prise de médicament anti-VIH par des séronégatifs dans un but préventif est autorisée aux États-Unis depuis 2012. Si elle étoffe l’éventail des outils de prévention, j’imagine mal pourtant distribuer du Truvada aux ados. Leur expliquer l’intérêt de cette thérapie préventive chez un couple sérodifférent, ça vaut son pesant de sérophobie ordinaire : « Si ma copine (ou mon copain) a le sida, je la (ou le) largue tout de suite. » La solitude du séropo demeure une vraie problématique en 2015.
    Bien entendu, nous déconseillerons à nos usagers, sur le vol VIH, d’opter pour la formule tout compris, un rien présomptueuse. En effet, une fois le sida atteint, et en cas de contamination, ils vont certainement manquer d’appétit, peut-être avoir du mal à digérer ce qui leur arrive. Il faudra toutefois se nourrir un minimum, parce que « les mecs chelous, tout chauves et tout maigres, ça se voit tout de suite qu’ils ont le sida ». Pour éviter toute stigmatisation, nous proposerons des perruques aux escales.
    Pour conclure notre vol et accompagner la redescente, nous leur parlerons de « vie et d’avenir », sans postillonner puisque la salive transmet toujours le sida dans l’imaginaire collectif. Aujourd’hui, on peut vivre avec le VIH, mais c’est toujours mieux de ne pas le contracter. Avant de quitter l’appareil, nous distribuerons un petit souvenir pour relancer la prévention : un calendrier de l’avent avec une capote à découvrir chaque jour à partir du 1er décembre, histoire d’être bien couvert pour le jour de l’an et sa partie de jambes en l’air.
     
    1. Leader du groupe britannique Queen, mort du sida.
    2. Selon le scénario du deuxième volet de la trilogie culte des années 1980, Retour vers le futur, le héros voyage dans le temps à bord de sa mythique DeLorean pour atterrir en 2015, précisément le 21 octobre.
    3. Abrégé de MDMA (méthylènedioxyméthamphétamine), molécule de la famille des amphétamines, plus connu sous le nom d’ecstasy.

    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires