• Franchement, et sans l'ombre d'un relent de phallocratie (ce n'est pas le genre de la maison), j'avais une image un peu surannée du Mouvement Français du Planning Familial. Du coup, je me suis rendu à cette rencontre interprofessionnelle, avec curiosité mais légèrement en crabe. Et puis, rapidement, j'ai été séduit par cette nouvelle génération de femmes engagées, toujours aussi militantes et féministes, mais bien moins agressives avec la gente masculine que je ne pouvais l'imaginer. Nos échanges ont été passionnants et surtout fructueux.

    Bien entendu, nous avons abordé le sujet de l'avortement, vieux cheval de bataille du MFPF. L'interruption volontaire de grossesse est toujours légale en France. Il est bon ton de le rappeler tant ses opposants tentent de nous faire croire l'inverse. Malheureusement les pressions sont telles que son accès est de plus en plus limité. Le nombre de praticiens est en chute libre et les files d'attente sont importantes sur certains centres pratiquant l'IVG. Du coup, certaines femmes et jeunes filles arrivent au terme des délais (12 semaines de grossesse ou 14 semaines d'aménorrhée pour rappel), et se voient obligées d'avorter à l'étranger, du moins pour celles qui en ont les moyens.

    L'Espagne est une de ces destinations, qui pelote les nerfs des bigotes et fait monter la tension des chefs religieux. Alors, comme les cantiques en latin n'inquiétaient plus personne, les amis de SOS Bébés et consorts ont trouvé une nouvelle parade pour stigmatiser ces « salauds d'avorteurs », en les attaquant sur leur vie privé et leur santé.  

    Le 22 septembre, le ministère français de la Santé a publié sur son site une alerte recommandant aux femmes ayant recouru à une interruption volontaire de grossesse au sein de quatre cliniques de Barcelone où travaillait un médecin porteur du VIH, de se faire dépister ! Une fois de plus, on s'assoit sur le secret du statut sérologique et on crée la psychose en laissant croire à une possible contamination qui relève plus du mauvais fantasme que de la réalité. On fait d'une pierre deux coup puisqu'on laisse planer sur la tête de celles qui ont choisi d'avorter, le risque d'une punition suprême : la séropositivité pour l'éternité. Bien fait pour les pécheresses !

    Voilà, ça fait des années que les associations de lutte contre le sida se battent au quotidien pour éviter la stigmatisation et le rejet des personnes concernées, qu'on n'a de cesse de rappeler le pourquoi du comment de la transmission du VIH, et le Ministère de la Santé Divine, probablement sous le coup d'une apparition à Lourdes, nous coupe le bitume sous les pieds, nous renvoie à l'âge de Pierre, sur les épaules duquel s'est construit la plus grande hypocrisie de tous les temps.

    Sur le site du ministère de la santé, en cliquant sous la photo de la Roselyne, on peut avoir accès à sa bio : ici
    On peut y lire qu'à sa sortie de l'université, elle a conforté son parcours universitaire en approfondissant ses recherches en spectrophotométrie infrarouge et Raman sur l'influence des atomes métalliques sur les liaisons carbone-hydrogène dans les molécules complexes...

    Autrement dit, et je peux l'affirmer fort de mon doctorat en capotes, le Dr Bachelot est une spécialiste du pet foireux, riche en carbone-hydrogène, de celui qui précède ces diarrhées de prêches pour cause d'ingestion d'hosties moisies.


    2 commentaires
  • Courants au Etats-Unis, mais interdits à la vente en France, les « autotests » de dépistage du sida, font leur apparition sur Internet...et posent question. On connaissait les tests de grossesse, fiables et faciles à utiliser. La famille des « autotests » de dépistage, pourrait s'agrandir, avec l'apparition de l'autodépistage du sida. Cette pratique, déjà monnaie courante aux Etats-Unis, est en passe de se développer en Europe. Le principe est simple : Chaque personne effectue elle-même, à domicile, son propre prélèvement sanguin. Elle dépose ensuite son sang sur une sorte de buvard qui selon la couleur, indique le résultat. En France, la vente de ce type de test n'est, pour le moment, pas autorisée. Néanmoins, il n'est pas difficile de se le procurer sur Internet, au grand regret du corps médical. « Pour nous médecins, ce type d'autodépistage "à domicile n'est pas souhaitable. ...Une personne pourrait très mal réagir à cette annonce alors qu'elle pourrait très bien s'en sortir », explique un médecin du centre de dépistage de l'Institut Alfred Fournier à Paris. Ce dernier souligne l'importance de l'encadrement et du soutien médical surtout dans le cadre d'un résultat VIH positif.
    http://www.francesoir.fr/societe/2008/09/25/sida-les-tests-d-autodepistage-presentent-des-risques.html

    Personnellement, je crois qu'après 25 ans d'épidémie et de prévention, nous sommes prêts pour ces tests, à condition qu'ils soient fiables, bien sûr. Même si la découverte d'une séropositivité demeure toujours aussi dure à encaisser, nous ne sommes plus dans une logique de maladie et de mort immédiate. Evidemment, ces tests ne sont envisageables que dans les pays où l'accès aux soins et aux traitements pour tous ne posent aucun problème. Je me trompe peut-être mais je vois encore dans cette tentative la volonté du corps médical de réaffirmer son autorité et sa toute puissance sur les patients. L'argument supplémentaire, c'est la fermeture programmée de nombreux centres de dépistage gratuits et anonymes, qui va rendre encore plus compliqué le dépistage dit "accompagné". Et pour enfoncer le clou, de nombreux jeunes m'ont déjà signalé que l'accueil dans les centres de dépistage n'était pas toujours à la hauteur de leurs attentes et qu'ils s'étaient sentis très mal à l'aise... Alors, "Autotest", on fait le test ?


    2 commentaires
  • Ça y est ! Le Dr a fini de repasser sa blouse. Je viens de ranger mes tongs, de faire l'inventaire de ma trousse et j'attends mon prochain ordre de mission, probablement pour un de ces coins reculés du 93 où même les ONG ne foutent plus les pieds. Cette nuit, je me suis réveillé en sueur, avec le flow d'un mauvais tube de R'n'B dans les oreilles et une vieille odeur de latex dans le blaze... Avant d'embrasser, peut-être pour la dernière fois, ma compagne et mes enfants, ce matin, j'ai tenté de tirer le bilan de la saison dernière. Du coup, je me suis fixé de nouveaux objectifs de rentrée que je me suis collé dans le cerveau comme des magnets sur le frigo :
    - Je vais soigner ma coupe de cheveux. Le jeune est sensible à une bonne coupe. Il faut que je trouve l'équilibre parfait entre le crâne rasé de l'Est et les mèches balayées de l'Ouest... Un petit côté Yazoo, à l'ancienne, quoi...
    - Je vais tourner à la Kétamine. Histoire de leur montrer qu'il n'y a pas que le bédo dans la vie.
    - Je vais m'astiquer le bois, comprendre faire reluire mon outil de travail pour une présentation impeccable.
    - Je ne vais pas me laisser emmerder par les intégristes de tout bord et j'aurais toujours sur moi de l'ail et du jambon pour les éloigner.
    - Je vais tester toutes mes capotes pour être certain qu'elles ne sont pas trouées et je les remettrai dans leur emballage après les avoir lavées.
    - Je vais prendre RDV pour un toucher rectal, histoire de faire une révision de la prostate. Y'a rien de pire que de d'avoir envie de pisser en face d'une classe toujours prompt à se moquer d'un vieil incontinent.

    Ben voilà, y'a plus qu'à...


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires